Ann Wuyts via Flickr

Reportages
Marché de l'art

Un faussaire dont les plans avaient été déjoués grâce à « The Art Newspaper » nous révèle ses secrets

par

Le faussaire Shaun Greenhalgh nous raconte comment il a fabriqué une contrefaçon qui a réussi à duper une grande maison de vente.

Un faux Gauguin repéré par The Art Newspaper avait été « improvisé » dans une cabane à Bolton, dans le Grand Manchester, par Shaun Greenhalgh, qui vient juste de publier ses mémoires (A Forger’s Tale : Confessions of the Bolton Forger, Éd. Allen & Unwin). Le faussaire décrit son effort comme la « pire sculpture que j’ai faite dans mon âge adulte ». En utilisant un mélange d’argile, de terre dénichée dans le Jumbles Country Park, situé dans les environs, et de la cendre de cigarette (dans une tentative d’obtenir la bonne texture à la surface), il a cuit la sculpture du faune en trois parties, avant de les coller grossièrement ensemble avec de l’Araldite.

Le faussaire Shaun Greenhalgh raconte que son faux Gauguin, acquis par the Art Institute of Chicago, est sa « pire oeuvre ». Car Los

Shaun Greenhalgh a ensuite amené l’œuvre à une « maison de ventes aux enchères très reconnue à Londres » (Sotheby’s) où elle a été vendue à 20 700 livres en 1993. Le faune a ensuite été acquis par the Art Institute of Chicago pour 180 000 livres. En 2007, après l’arrestation du faussaire, Scotland Yard a affirmé qu’il ignorait où se trouvaient les faux Gauguin. The Art Newspaper a donc suggéré aux enquêteurs de contacter le Chicago Museum. Et ensuite ? Le faune a immédiatement été retiré de l’exposition et demeure mystérieusement caché…

Appeared in The Art Newspaper Digital, 2017