Actus
Perspectives

Temps suspendu au château La Coste

Il est des moments qui semblent aujourd’hui hors du temps, comme celui d’aller à la découverte directe d’œuvres d’art en cette période de longue nuit de fermeture des musées, centres d’arts et espaces culturels. Situé dans les Bouches-du-Rhône, le château La Coste, dont les espaces extérieurs continuent à accueillir le public, permet encore cette immersion si nécessaire dans la création.

The Richard Rogers’ Drawing Gallery, Château La Coste, France. Photo: James Reeve. ©2020.www.jame

Ce domaine viticole abrite en effet, à l’initiative de Patrick McKillen, qui l’a acquis en 2002, l’un des plus importants parcs de sculptures de France. Au fil des ans, sont intervenus sur ce site splendide aux portes du Parc national du Luberon des artistes tels que Tunga, Andy Goldsworthy, Tracey Emin, Liam Gillick, Sean Scully, Jean-Michel Othoniel et beaucoup d’autres. Les architectes ne sont pas en reste. Outre des maisons démontables de Jean Prouvé, le domaine est doté d’un portail, d’une chapelle et d’un centre d’art dessinés par Tadao Ando, d’un pavillon de musique de Frank O. Gehry et de chais imaginés par Jean Nouvel. Dans ce « Parcours Art & Architecture » vient d’être achevé une nouvelle création spectaculaire, une galerie jetée dans le vide dans un apparent fragile équilibre, un pont entre la haute technologie et la nature qui s’inscrit parfaitement dans le paysage. Cette prouesse est due à l’architecte Richard Rogers, l’un des derniers projets de celui qui a annoncé il y a quelques mois prendre sa retraite. Cette « Drawing Gallery » (galerie de dessin) n’est pas sans rappeler par sa structure tubulaire le Centre Pompidou, chef-d’œuvre que Rogers a signé avec Renzo Piano. D’autres œuvres ambitieuses sont en cours de réalisation dans le domaine, à l’exemple d’un nouveau projet lumineux de James Turrell ou une construction spécialement conçue par Jean Nouvel pour accueillir les trois tours réalisées par Louise Bourgeois en réponse à sa commande pour la Turbine Hall de la Tate Modern à Londres en 2000. Aussi, en ces temps de renfermement, le château La Coste offre-t-il une rare respiration en faisant dialoguer nature et culture.