Critique
Expositions

Le MoMA se penche sur l'art politique du début de XXe siècle

Les artistes peuvent-ils changer le monde ? La question est posée par l’institution new-yorkaise à travers une exposition réunissant les œuvres sur papier de la collection Merrill C. Berman, qui rassemble affiches communistes et publicités.

Dans les moments de bouleversement, que signifie être artiste ? Une exposition discrète d’œuvres sur papier n’apporte peut-être pas, à première vue, la réponse la plus percutante à ce genre de question. Mais dans une année de bruit et de fureur, « Engineer, Agitator, Constructor : the Artist Reinvented » au MoMA mérite que l’on y prête attention.

John Heartfield, The Hand Has Five Fingers (1928), affiche de campagne pour le Parti communiste allemand, The Museum of Modern Art, New York. The Merrill C. Berman Collection © D.R.

L’exposition qui s’ouvre au public aujourd’hui [le 13/12/2020] à New York marque l’entrée dans les collections permanentes de dessins et d’estampes du MoMA d’un ensemble d’œuvres de la collection Merrill C. Berman, considérée comme l’une des plus importantes spécialisée dans l’art engagé et politique. Des affiches communistes de John Heartfield aux mises en page peu connues de Kurt Schwitters, en passant par les splendides linogravures et collages de Lioubov Popova, l’exposition met en lumière les expérimentations du début du XXe siècle dans les domaines de la conception graphique, de l’illustration, de la propagande et de la publicité. Y sont présentés de nombreux exemples de créations visuelles conçues dans un but bien précis, que ce soit au service du capitalisme, du communisme ou de la Révolution.

LES PARALLÈLES AVEC LA CRÉATION D’AUJOURD’HUI SONT INÉVITABLES

Le photomontage, les aplats de couleur et les caractères gras apparaissent comme les outils de prédilection utilisés dans ces œuvres qui, 100 ans plus tard, conservent un impact visuel qui accroche le regard. L’accent mis par Merrill C. Berman sur le processus de création de l’artiste est passionnant, comme l’illustre la séquence des croquis de Bart van der Leck pour la marque d’assaisonnement pour salade Delftsche Slaolie. « Il connaît le langage de l’abstraction, analyse le conservateur Jodi Hauptman, et il l’utilise avec brio pour vendre cette vinaigrette.» À l’inverse, Lioubov Popova – « qualifiée de constructrice » – repense l’abstraction à des fins politiques radicales.

Lioubov Popova, Production Clothing for Actor No. 7 (1922), The Museum of Modern Art, New York. The Merrill C. Berman Collection © D.R.

Les parallèles avec la création artistique et l’art d’aujourd’hui sont inévitables, qu’il s’agisse des « copier-coller » d’images en mouvement postés sur l’application TikTok ou de celles utilisées par les activistes et les spécialistes du marketing. Mais que restera-t-il de tous ces contenus en 2120 ?

--

« Engineer, Agitator, Constructor: the Artist Reinvented », du 13 décembre 2020 au 10 avril 2021, MoMA, New York.

Appeared in The Art Newspaper France - Daily, 617