Actus
Musées et Institutions

Un tableau d'Adelaïde Labille-Guiard rejoint le Musée des Beaux-arts d'Orléans

Le musée des beaux­-arts d’Orléans vient d’acquérir pour 36 000 euros Le Portrait de Marie-Jean Hérault de Séchelles, d’Adelaïde Labille-Guiard, auprès d’un collectionneur privé

Adelaïde Labille­ Guiard, Portrait de Marie-Jean Hérault de Séchelles, 1794. Courtesy musée des beaux­-arts d’Orléans

Le musée des beaux­-arts d’Orléans vient d’acquérir pour 36 000 euros Le Portrait de Marie-Jean Hérault de Séchelles, d’Adelaïde Labille-Guiard, auprès d’un collectionneur privé, grâce à une campagne de financement participatif menée par les Amis des musées d’Orléans, aidés par le Fonds régional d’acquisition des musées de la région Centre - ­Val de Loire. La toile rejoint les salles consacrées à la fin de l’Ancien Régime et à la Révolution, marquées par la présence d’artistes femmes telles Élisabeth Vigée Le Brun, Marianne Loir, Marie ­Victoire Lemoine ou Thérèse Delaperche. Adelaïde Labille-Guiard (1749­-1803) était absente des collections. Spécialiste du portrait miniature ou au pastel, l’artiste entre à l’Académie en 1783, et devient la portraitiste des tantes de Louis XVI. Elle tient alors un atelier où se forment de nombreux peintres du genre féminin, jouant un rôle important pour leur reconnaissance dans la profession. Le Portrait de Marie-Jean Hérault de Séchelles est l’un des rares témoignages de la production d’Adelaïde Labille­-Guiard à l’époque mouvementée de la Révolution, quand l’artiste qui vivait des commandes aristocratiques est obligée de fuir, redoutant un jugement expéditif.