Critique
Expositions

Pieter de Hooch va-t-il enfin sortir de l'ombre de Vermeer ?

Une première rétrospective de l’artiste aux Pays-Bas remet en lumière l’« autre » peintre de l’Âge d’or hollandais.

Pieter de Hooch a souvent été considéré comme un peintre un peu secondaire de l’Âge d’or hollandais, du moins en comparaison à son brillant contemporain Johannes Vermeer. Tous deux ont travaillé à Delft, Vermeer durant toute sa carrière (1653-1675) et De Hooch lors d’une période plus courte (1652-1660). En tant que membres de la guilde des artistes de Saint-Luc, ils se sont connus, bien qu’aucune archive n’ait pu attester de leurs liens.

Pieter de Hooch, Cour d’une maison à Delft, 1658 © The National Gallery, Londres

Le musée Prinsenhof Delft ouvre demain au public la première rétrospective de De Hooch aux Pays-Bas, réunissant 29 de ses peintures (pas un seul dessin ne subsiste). Aucune œuvre de De Hooch n’est restée à Delft, mais des tableaux conservés par d’autres musées hollandais compléteront ceux en provenance de prêteurs internationaux, notamment les Joueurs de cartes dans une chambre ensoleillée (1658) de la collection royale britannique et Portrait de famille dans une cour de Delft (vers 1657-1660) de l’Académie des Beaux-Arts de Vienne. Ce dernier tableau est l’un des seuls portraits de famille de Pieter de Hooch pouvant être situé à Delft, la flèche de Nieuwe Kerk était reconnaissable en arrière-plan. Au début du XIXe siècle, certains critiques avaient attribué cette composition à Vermeer.

Pieter de Hooch Portrait de famille dans une cour de Delft, vers 1657. © Gemäldegalerie der Akademie der bildenden Künste Vienne

La question la plus passionnante posée par l’exposition est de savoir comment De Hooch et Vermeer se sont mutuellement influencés. De Hooch a atteint le style de sa maturité plus tôt que son rival, en 1658, et était jusque-là le plus novateur. Vermeer a appris de De Hooch, le dépassant rapidement. Les œuvres de Vermeer ont ensuite incité De Hooch à concevoir de nouveaux thèmes.

Anita Jansen, conservatrice en chef du musée Prinsenhof, pense que les scènes de cour de Delft de Pieter de Hooch ont inspiré Vermeer pour peindre La Ruelle (1658). Pour ce qui est des scènes d’intérieurs, elle considère qu’il s’agit plutôt d’une « rivalité artistique », chacun regardant le travail de l’autre.

Pieter de Hooch, Joueurs de cartes dans une chambre ensoleillée, 1658, Royal Collection Trust. © Her Majesty Queen Elizabeth II 2019

À l’époque, Vermeer était l’artiste le plus important (et le plus cher), mais au XVIIIe et XIXe siècles, Pieter de Hooch conserva sa réputation alors que Vermeer fut presque oublié. Aujourd’hui, Vermeer a bien évidemment acquis une renommée mondiale. Mais, la rétrospective de Pieter de Hooch devrait remettre à nouveau sous les projecteurs cet autre maître de Delft.

« Pieter de Hooch à Delft : dans l'ombre de Vermeer  », du 11 octobre 2019 au 16 février 2020, Musée Prinsenhof, Delft.