Critique
Livres

La déferlante surf

Avec cette nouvelle édition de Surfing en français, les éditions Taschen offrent une histoire visuelle de ce sport, de 1778 à nos jours. À couper le souffle.

Quel est le point commun entre James Cook, Jack London et Apocalypse Now ? Découvert à Hawaï par le navigateur anglais à la fin du XVIIIe siècle, le surf, qualifié de « sport de roi, roi des sports » par l’écrivain californien dans La Croisière du « Snark » (1907), est d’abord une pratique sociale polynésienne avant de devenir une passion américaine. Laquelle peut confiner à la déraison, comme ce fut le cas du terrifiant lieutenant-colonel William « Bill » Kilgore, capable d’engager ses troupes aéroportées dans la bataille au Vietnam pour le plaisir de profiter de gros rouleaux avec sa planche, dans le célèbre film de Francis Ford Coppola.

Jim Heimann, Surfing, Cologne, Taschen, 2020, 512 pages, 60 euros. D.R.

Surfing plaira aux adeptes de la glisse comme aux hydrophobes curieux de comprendre la naissance d’un mythe qui s’est propagé tout autour de la planète.

Le culte de la glisse

Alors que le sport sera inscrit pour la première fois au programme officiel des Jeux olympiques d’été, à Tokyo, en 2021, cette édition mise à jour est aussi impressionnante que la vague de Teahupo’o à Tahiti. C’était en effet un véritable défi de sélectionner neuf cents images pour raconter l’évolution d’un loisir devenu tout à la fois sport, mode de vie et philosophie. L’ouvrage est découpé en cinq chapitres chronologiques évoquant la culture surf à travers les deux cents dernières années. Il plaira aux adeptes de la glisse comme aux hydrophobes curieux de comprendre la naissance d’un mythe qui s’est propagé tout autour de la planète bleue, de Malibu en Californie à Biarritz sur la Côte basque, en passant entre autres par le Brésil et l’Afrique du Sud. Anthropologue et historien de la culture populaire, l’Américain Jim Heimann, qualifié de « roi de l’Americana », a plongé dans le grand bain de la culture surf, depuis sa découverte par les Européens en 1778, aux îles Sandwich (Hawaï), jusqu’à l’émergence du phénomène mondial, qui mobilise aujourd’hui près de 20 millions de pratiquants sur les océans.

Ce beau livre à la couverture aquarelle fourmille de documents passionnants (gravures, affiches, photos, unes de magazine, publicités), révélant à quel point le surf est sorti de l’eau pour exercer son influence sur la mode, le cinéma, l’art et la musique. Rafraîchissant.