Critique
Livres

Francis Bacon, toujours à la page

L’ouvrage " Francis Bacon : Study for a Portrait " domine de la tête et des épaules les derniers livres parus sur le peintre anglais.

Publié par la Francis Bacon MB Art Foundation, située à Monaco, Francis Bacon : Study for a Portrait reproduit une sélection unique de photographies de l’artiste. Majid Boustany, fondateur de l’institution, y écrit que l’ouvrage puise en effet dans « les archives uniques de cette Fondation à but non lucratif, [comprenant] environ sept cents clichés de Bacon, réalisés par plus de soixante-dix photographes, des portraits d’artistes éminents à de rares instantanés, captés par son entourage. » Les photographies sont datées de 1929 à quelques mois avant la mort de l’artiste, en 1992.

chaque édition de ce livre est accompagnée d’un tirage numéroté et signé d’un portrait du peintre.

Certains clichés sont accompagnés de témoignages de photographes sur la prise de vue. Martin Harrison, spécialiste de Bacon, explique les liens entre l’artiste et certains de ces photographes. La reliure en tissu orange baconien et les élégants papiers noirs des pages de garde témoignent d’une attention aux détails caractéristique de la Fondation. Chaque édition de ce livre est accompagnée d’un tirage numéroté et signé d’un portrait du peintre, réalisé par Michael Nguyen. Parmi les 584 exemplaires publiés, soit le nombre de tableaux du catalogue raisonné de Bacon, seuls trois cents sont disponibles à la vente, via la Fondation, le Centre Pompidou (Paris) et la Photographers’ Gallery (Londres).

Majid Boustany (dir.), Francis Bacon : Study for a Portrait,. Francis Bacon MB Art Foundation, 2019, 308 pages, 295 euros

Bacon et ses livres

Des photographies montrant Bacon pris d’assaut lors d’un vernissage nous rappellent également combien le peintre était traité comme une rock star lorsqu’il se rendait à Paris. C’était un grand lecteur, et les écrivains lui en ont fait grâce. Le catalogue de l’exposition au Centre Pompidou, qui s’est achevée en janvier, comprend une liste de tous les livres que le peintre possédait au moment de sa mort. La lecture en est curieuse. C’est un mélange de classiques, de manuels en langue étrangère, de guides, de livres de cuisine et de magazines, ainsi que de monographies sur l’art. Parmi ceux-ci figurent quelques livres offerts par des auteurs, amis de l’artiste. Le catalogue reproduit des pages de ces ouvrages, fournit des citations choisies et explique l’influence significative que certains écrivains ont eue sur la pensée de Bacon. Nous avons connaissance de ces informations, non seulement parce que sa collection de livres nous est parvenue, mais aussi parce qu’il en a parlé dans plusieurs entretiens. Comme les artistes contemporains qu’il admirait – Pablo Picasso et Alberto Giacometti –, Bacon a suscité l’écriture de nombreux textes érudits, par d’éminents écrivains, dont plusieurs Français (Gilles Deleuze, Michel Leiris, Claude Simon, Philippe Sollers, Georges Bataille). Eschyle, Friedrich Nietzsche, Bataille, Leiris, Joseph Conrad et T. S. Eliot étaient particulièrement importants pour le peintre, qui s’y référait dans ses conversations, l’iconographie et les titres de ses tableaux. Il mentionnait régulièrement Eliot en tant que grand poète, mais aussi comme modèle de collaboration artistique, pour son travail éditorial avec Ezra Pound sur The Waste Land (1922). De manière plus générale, les essais du catalogue démontrent clairement la richesse des liens entre l’œuvre de Bacon et les livres qu’il a lus, tout en reproduisant certaines des meilleures toiles de l’artiste.

Un autre volume récemment publié, Francis Bacon : Painting, Philosophy, Psychoanalysis, aborde différents thèmes : l’influence de la mythologie ancienne, l’utilisation de miroirs, l’importance de l’autoportrait et la potentielle interprétation hégélienne du réalisme du peintre. Le volume est bien illustré et comporte de nombreuses sources et références.

La galerie Gagosian a également publié un catalogue sur l’exposition qu’elle a organisée en 2019 dans son antenne londonienne (Grosvenor Hill), «Couplings», centrée sur les scènes de sexe ou de proximité physique des corps et qui a été un succès. L’ouvrage comprend des photographies de l’accrochage, des reproductions de l’ensemble des œuvres et un entretien inédit avec Bacon, réalisé en 1985.

Majid Boustany (dir.), Francis Bacon: Study for a Portrait, Francis Bacon MB Art Foundation, 2019, 308 pages, 295 euros.

Didier Ottinger (dir.), Bacon en toutes lettres, Éditions du Centre Pompidou, 2019, 242 pages, 42 euros.

Ben Ware (dir.), Francis Bacon: Painting, Philosophy, Psychoanalysis (Francis Bacon StudiesII), The Estate of Francis Bacon Publishing/Thames & Hudson, 2019, 176 pages, 23,90 euros.

Richard Calvocoressi, Martin Harrison, Francis Bacon: Couplings, Gagosian, 2019, 100 pages, 100 dollars.