Critique
Livres

Cendrillon et Peau d’Âne au pays de l’art brut

Les Éditions Diane de Selliers associent avec bonheur les Contes de Charles Perrault aux créations de figures majeures de l’art brut.

L’art brut est souvent considéré comme proche de la spontanéité créative des enfants, tant dans son esthétique que dans sa réception. Aussi, la démarche, qui peut apparaître de prime abord originale, d’illustrer les Contes de Perrault par l’art brut s’avère en fin de compte une évidence, et ce, à de nombreux égards. Dans son texte d’introduction, « Le brut et le merveilleux », Céline Delavaux souligne cette proximité : « Ce que le conte et le “brut” partagent sans doute avant tout, c’est leur relation privilégiée à l’invention. Le conte nous plonge indéniablement dans un monde imaginaire. Quant à l’art brut, lorsque Jean Dubuffet a lancé cette expression en 1945 et a commencé à collecter des productions artistiques marginales, il a d’emblée fondé son concept subversif sur la notion d’invention ».

Les Contes de Perrault illustrés par l’art brut, Paris, Éditions Diane de Selliers, 2020, 374 pages, 230 euros. D.R.

L’ouvrage publié par les Éditions Diane de Selliers réunit l’ensemble des onze contes écrits par Perrault, soit huit en prose et trois en vers, dont Peau d’Âne et les plus rares Griselidis et Les Souhaits ridicules. Ce monument de la littérature pour enfants, qui a abondamment inspiré les studios Walt Disney, est illustré, au fil des pages, de compositions d’Aloïs Corbaz, Henry Darger, Michel Nedjar, Louis Soutter ou Adolf Wölfli. Ayant bénéficié des conseils avisés de Bruno Decharme et Antoine de Galbert, l’ouvrage réunit au total cent trente-cinq œuvres issues des principales collections dédiées à l’art brut, en Europe et aux États-Unis. Il ne s’agit donc pas, comme dans un livre pour enfants classique, d’illustrations réalisées spécialement pour accompagner le texte : ces œuvres ont été choisies pour l’écho visuel qu’elles apportent aux récits. Ainsi du chat aux pattes bleues de Zizi (Animal, LaM, Villeneuve-d’Ascq) pour Le Maître chat ou le Chat botté. Le livre restitue par ailleurs les versions originales des Contes publiées en 1694 et 1697, qui ne sont pas forcément celles lues aujourd’hui aux enfants. Ainsi, dans Le Petit Poucet, le bûcheron menace-t-il sa femme de la battre si elle ne se tait pas… Mais le lecteur aura la joie de se replonger dans ces histoires qui se transmettent de génération en génération, et suscitent toujours autant d’émotions chez les petits et les grands.

--

Les Contes de Perrault illustrés par l’art brut, Paris, Éditions Diane de Selliers, 2020, 374 pages, 230 euros.