Actus
Expositions

Une sculpture monumentale de Tracey Emin bientôt installée à Oslo

Après un retard dû à sa taille hors norme mais aussi à la pandémie de Covid-19, The Mother devrait être installée cet été dans la capitale norvégienne.

Copenhague a La Petite Sirène. Oslo aura La Mère. Une sculpture en bronze de neuf mètres de haut de Tracey Emin, baptisée The Mother (« La Mère »), sera expédiée de Londres vers Oslo au cours de l’été prochain. Elle devrait être installée sur le front de mer, dans la capitale de la Norvège, d’ici la fin de l’année.

Vue de la partie basse de la sculpture de Tracey Emin à la fonderie AB Fine Art à Londres. Au premier plan, la fondeuse Chloe Hugues donne une idée de la taille de l’œuvre. Photo : Harry Weller. Courtesy of Tracey Emin Studio

Cette œuvre monumentale, qui représente une femme agenouillée au-dessus d’un enfant invisible, devait à l’origine être livrée par bateau via le fjord d’Oslo ce mois-ci. « En raison de la taille de la sculpture, la production a pris plus de temps que ce que l’artiste avait prévu au départ. C’est aussi lié au fait que le Royaume-Uni a été particulièrement touché par la pandémie », indique un communiqué de l’agence de presse Culture Oslo.

UNE FEMME AGENOUILLÉE AU-DESSUS D’UN ENFANT INVISIBLE, BIENTÔT INSTALLÉE AUX ABORDS DU NOUVEAU MUSÉE MUNCH

La taille de la sculpture, qui pèse plusieurs tonnes, a également rendu son transport depuis Londres plus compliqué que prévu. Tracey Emin a déclaré au Guardian l’année dernière que la sculpture était composée de 97 pièces soudées ensemble en trois sections. « Lorsque Mother arrivera sur place, elle sera installée dans une petite prairie fleurie sur un tout nouveau lieu à Oslo, situé aux abords du nouveau musée Munch », indique Culture Oslo. Cet espace vert, conçu par les architectes paysagistes britanniques J & L Gibbons, offrira une zone équipée de bancs et sera accessible depuis la terre ferme via un pont de 40 mètres de long reliant la promenade du port et le nouveau musée, dont l’ouverture est prévue à l’automne.

Préfiguration de l’installation de The Mother de Tracey Emin sur l’île du musée Munch à Oslo. Illustration : J. & L. Gibbons

Un porte-parole du studio de Tracey Emin a indiqué que lors du premier confinement au Royaume-Uni, au printemps 2020, les deux fonderies travaillant à la production de The Mother avaient été contraintes de fermer, conformément aux directives gouvernementales britanniques. « Une fois qu’elles ont rouvert, elles ont été obligées de mettre en chômage partiel un certain nombre de leurs employés pour s’assurer que les distances sociales seraient respectées [au sein de l’entreprise]. La bonne santé de l’équipe était la priorité. Le Covid-19 a également provoqué des retards dans l’envoi de la sculpture en bronze… Je contrôle chaque semaine l’avancement de la production et je suis heureux de dire que la sculpture monumentale est en bonne voie. Nous sommes très impatients à la perspective d’installer l’œuvre d’ici la fin de l’été », a-t-il déclaré.

LORS DU PREMIER CONFINEMENT AU ROYAUME-UNI, LES DEUX FONDERIES TRAVAILLANT À LA PRODUCTION DE « THE MOTHER » AVAIENT ÉTÉ CONTRAINTES DE FERMER

« Ça va être fantastique, ce bronze géant de ma mère, cette femme âgée, cette vieille dame, prenant racine devant le musée Munch, protégeant l’œuvre de Munch, les jambes ouvertes vers le fjord, accueillant les voyageurs. J’en suis tellement heureuse, je n’aurais jamais cru que j’arriverais à ce résultat », avait déclaré Tracey Emin à The Art Newspaper en 2019. L’exposition associant l’artiste britannique à son « héros » Munch a été prolongée à la Royal Academy of Arts de Londres jusqu’au 1er août (la réouverture est prévue le 18 mai sous réserve des restrictions liées au Covid-19).

Appeared in The Art Newspaper France - Daily, 680