Actus
Perspectives

Saint-Vincent-de-Paul : la Fondation Giacometti serait écartée

Le projet de la Fondation de l’artiste pour s’installer dans l’îlot Denfert de l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul, dans le 14e arrondissement de Paris, n’aurait pas été retenu.

Ce serait une terrible désillusion pour les amateurs de Giacometti : le projet de la Fondation de l’artiste pour s’installer dans l’îlot Denfert de l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul, dans le 14e arrondissement de Paris, n’aurait pas été retenu. Pire, selon nos informations, la candidature portée par Linkcity IDF/Fondation Giacometti aurait été écartée en raison d’une entorse au règlement concernant le volet immobilier de l’opération. Le dossier étant disqualifié d’office, les équipes de la Fondation Giacometti n’auraient même pas pu défendre leur projet devant le jury vendredi dernier. La même mésaventure serait arrivée à un autre candidat, OGIC / La Loge. Seraient donc restés en course les trois autres projets : École des Beaux-Arts Nantes-Saint-Nazaire/Aurore ; Apsys / Scintillo ; Altarea Cogedim / Histoire Patrimoine / Thanks for nothing. Le choix définitif concernant ce concours associant un promoteur immobilier et une structure culturelle lancé par Paris Metropole aménagement, l’aménageur de la Ville de Paris, devrait être annoncé dans les prochains jours.

Dessin du projet d'aménagement de l'espace Saint-Vincent-de-Paul à Paris D.R. Mairie de Paris

Si cette élimination était définitivement confirmée, il s’agirait d’une terrible occasion manquée pour Paris en général et pour la rive gauche en particulier. Le projet intitulé Musée - École - Jardin Giacometti devait offrir des espaces d’exposition, une école d’art et de cinéma pour tous, mais aussi deux studios de résidences pouvant accueillir douze chercheurs, curateurs et artistes par an, dans une logique à la fois locale et globale. Grâce à son fonds unique de 10 000 œuvres d’Alberto Giacometti et à des invitations à des artistes contemporains, la fondation espérait accueillir 400 000 visiteurs par an, attirés par quatre expositions temporaires annuellement et plus de cent événements. L’école entendait réunir 1 500 élèves par an en cursus annuel et 15 000 dans les cours « à la carte ». Ces chiffres parlent d’eux-mêmes. Surtout, après cette occasion ratée, la Fondation Giacometti pourrait à terme quitter Paris.