Actus
Elles font l'abstraction

Marcelle Cahn

Membre du groupe d’artistes Cercle et Carré, Marcelle Cahn (1895-1981) y occupe une place singulière : elle est la seule femme dont les idées sont discutées avec ses pairs masculins.

Marcelle Cahn à Paris, rue Daguerre, photographie de Pierre Bouchey. Photo droits réservés, Fonds Marie Luise Syring en dépôt auprès du CAMC

Membre du groupe d’artistes Cercle et Carré, Marcelle Cahn (1895-1981) y occupe une place singulière : elle est la seule femme dont les idées sont discutées avec ses pairs masculins. Figure discrète, elle prend dès 1930 ses distances avec la scène parisienne, se tournant vers une abstraction surréalisante. De retour à Paris, elle débute en 1952 une œuvre résolument abstraite. Elle trace des figures géométriques formant des unités juxtaposées à l’encre noire sur fond blanc, évoquant des portées musicales. Si ses principes de composition relèvent d’une abstraction concrète, elle manifeste un intérêt original pour la sensualité de certains matériaux, insérant dans ses œuvres des éléments circulaires en relief et de petits collages en carton, balsa ou métal parfois colorés.