Actus
Patrimoine

Loto et jeux à gratter pour sauver le patrimoine en péril

La ministre de la Culture et de la Communication Françoise Nyssen a présenté, le 17 octobre, les différents défis qu’elle et son ministère souhaitaient relever concernant le patrimoine. Sauver les monuments immobiliers en péril en fait partie et pour ce faire, la ministre a évoqué la mise en place d’un « loto du patrimoine ».

par

Des grilles de loto et des jeux à gratter à la rescousse du patrimoine ? Évoquée début octobre par Stéphane Bern lors de son passage sur RTL au moment de sa nomination à la tête d’une mission de sauvegarde du patrimoine, l’idée n’en est pas pour autant complètement neuve. En effet, déjà émise à maintes reprises par le maire divers droite de Versailles François de Mazières, la perspective de la création d’un tirage spécial du loto destiné à un fonds pour le patrimoine n’avait, cependant, jamais été concrétisée. La roue semble avoir tourné puisque le 17 octobre dernier, Françoise Nyssen a annoncé sa création imminente pendant la présentation de sa stratégie pluriannuelle pour le patrimoine.

Insistant dans son discours sur le fait qu’« un quart des monuments protégés sont en mauvais état et 5%, soit environ 2000 monuments, sont jugés en péril», la ministre de la Culture a rappelé l’urgence d’une mobilisation. Cette dernière passe, dans un premier temps, par le recensement des monuments du patrimoine local en péril, une mission que le président de la République a confiée à son ami Stéphane Bern. Désormais, toute personne peut signaler un monument – quel qu’il soit – qui lui paraît en danger sur une plate-forme créée à cet effet par le ministère de la Culture. Stéphane Bern a également été chargé de trouver des financements « innovants » pour sauver ce patrimoine en danger. Ils devraient donc passer par la création d’un « loto du patrimoine » et d’un tirage spécial – probablement aux alentours des Journées européennes du patrimoine – destiné à remplir les caisses d’un fonds dédié. Un jeu à gratter spécial patrimoine serait aussi en cours de réalisation. Début octobre, Stéphane Bern avait expliqué le fonctionnement de ce nouveau type de financement et précisé que le gagnant du « loto patrimoine » recevrait sa part habituelle, tandis que la part prélevée par l’État – qui récupère une partie de la somme sous la forme de taxes et grâce aux parts qu’il détient à la Française des jeux –irait directement dans les caisses du fonds pour le patrimoine en péril.

Appeared in The Art Newspaper Digital, 2017