Actus
Patrimoine

Liban : l’Unesco dénonce un projet de construction près du site archéologique de Nahr El-Kalb

Dans une lettre ouverte, l’Unesco dénonce des travaux de construction près de ce site qui figure sur la liste indicative pour être classé au patrimoine mondial.

L’Unesco vient de publier une lettre ouverte critiquant un projet de construction à proximité de l’ancien site archéologique de Nahr El-Kalb, qui remonte au IIe siècle av. J.-C., et situé au nord-est de Beyrouth, au Liban. Le lieu a été placé sur la « liste indicative » pour une éventuelle candidature à une inscription au patrimoine mondial de l’Unesco. Mais la décision du parti politique du Courant patriotique libre (CPL) d’y construire son siège a suscité l’ire de Mechtild Rössler, directrice du centre du patrimoine mondial de l’Unesco. « Le projet de construction sur le site archéologique de Nahr El-Kalb pourrait avoir un impact majeur sur le lieu, et peut-être compromettre toute future proposition d’inscription au patrimoine mondial », déclare-t-elle ainsi dans la lettre de l’Unesco. Selon le site Internet du quotidien francophone L’Orient-Le Jour, « ce complexe sera construit au voisinage immédiat du parcours, défendu par des grillages défoncés, longeant sur plusieurs centaines de mètres les stèles dont les plus anciennes remontent au IIe siècle avant J.-C. ».

Le site de Nahr El- Kalb, gravure de Louis-François Cassas (1799). D.R.

La physicienne et avocate Josyann Abisaab a lancé une pétition pour protester contre cette construction. « Elle a rassemblé près de 8 000 signatures et a été vue plus de 20 000 fois, a-t-elle déclaré à The Art Newspaper. Ce site historique du Liban surplombe la Méditerranée, ses anciennes stèles de conquérants et de puissances coloniales remontent aux pharaons. Il a été inscrit au Registre Mémoire du monde de l’Unesco en 2005 et était un candidat potentiel au patrimoine mondial. Mais malheureusement, la construction du siège d’un parti politique a commencé à quelques mètres seulement du site ». Les travaux de construction du nouveau bâtiment ont été lancés en août 2019.

Les stèles de Ramsès II et Esarhaddon, représentées dans l’ouvrage de James Henry Breasted A History of Egypt: From the Earliest Times to the Persian Conquest (1912). D.R.

May Khoreiche, vice-président du CPL, a déclaré à L’Orient-Le Jour que la construction n’aurait « aucun impact négatif sur le site ». Le CPL s’est refusé à tout autre commentaire. Les inscriptions au patrimoine mondial de l’Unesco sont destinées à inciter les pays à assurer la protection des sites naturels ou bâtis par l’homme, considérés comme étant « d’une valeur exceptionnelle pour l’humanité » en vertu de la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel de 1972. 1 121 sites sont aujourd’hui classés dans le monde entier.