Actus
Musées

Le Louvre renforce sa dimension diplomatique à Téhéran

Le Louvre va organiser une exposition de premier plan, « Le musée du Louvre à Téhéran », du 5 mars au 3 juin prochains, au musée national d’Iran à Téhéran.

Portrait du Sultan Mustafa II. Empire Ottoman, 18e siècle © Musée du Louvre, dist. RMN - Grand Palais

L’exposition, qui réunit 50 pièces grecques, romaines et persanes des collections du Louvre – mais aussi du musée Delacroix à Paris au musée national d’Iran, représente « la première exposition d’une telle ampleur organisée par un grand musée occidental en Iran ».

« Le musée du Louvre à Téhéran est la première exposition de cette ampleur organisée par un grand musée occidental en Iran, et représente un exceptionnel événement culturel et diplomatique pour nos deux pays », a déclaré le musée du Louvre.

L’exposition – qui comprend des pièces grecques, romaines et persanes – témoigne de l’histoire du musée parisien de ses débuts en 1793 à nos jours. L’événement est parrainé par le groupe Renault et par la Fondation Total.

L’initiative fait écho à la visite en France début 2016 du président iranien Hassan Rohani à l’occasion d’un accord entre l’ICHHTO (Organisation iranienne du patrimoine culturel, de l’artisanat et du tourisme) – l’institution gouvernementale en charge des musées et du patrimoine culturel iranien – et le musée du Louvre.

Cet accord jette les bases d’une coopération prévue jusqu’en 2019, impliquant un programme d’échanges d’expositions, des publications, des séminaires de recherche et des sessions de formation, ainsi que des fouilles archéologiques. Le musée du Louvre-Lens accueillera en retour l’exposition « L’Empire des Roses : chefs-d’œuvre de l’art persan du XIXe », du 28 mars au 22 juillet 2018. Cet événement « est consacré à l’art somptueux de l’éblouissante dynastie des Qajars qui a dirigé l’Iran de 1786 à 1925 ».

Ce rapprochement franco-iranien marque un revirement par rapport à l’année 2011, lorsque le gouvernement iranien avait rompu ses liens avec le Louvre. L’ancien vice-président iranien Hamid Baghai avait accusé le musée français de ne pas tenir sa promesse de prêter une partie de sa collection d’art persan à Téhéran. Le Louvre avait déclaré au quotidien britannique The Independant n’avoir jamais signé « d’accord précis ».

Pendant ce temps, au Louvre Abu Dhabi, écrin du Louvre au Moyen-Orient, la première grande exposition « D’un Louvre à l’autre » retrace également le fil de l’histoire du musée parisien jusqu’au 7 avril. Plus de 150 œuvres sélectionnées par le Louvre Abu Dhabi y racontent l’histoire de l’institution mère avant la création du musée qui porte son nom aux Émirats arabes unis.

Appeared in The Art Newspaper Digital, The Art Newspaper Digital