Actus
Actualités

Le favori d'Henri III sous le marteau

ALEXANDRE CROCHET

Le 10 décembre, Pierre Bergé & Associés proposera aux enchères, lors d’une vente de Haute Époque (Moyen-Âge et Renaissance), une tête en marbre de Carrare estimée de 800 000 à 1,5 million d’euros. Selon l’expert en charge de cette vacation, Laurence Fligny, cet homme jeune au visage coiffé de lauriers serait le plus célèbre des « Mignons » d’Henri III, Jacques de Lévis-Caylus. L’auteur de la sculpture – qui daterait de 1579 – est Germain Pilon. Il s’agit d’une découverte venant d’une collection bordelaise.

Germain Pilon, Portrait présumé de Jacques de Lévis-Caylus, marbre. Estimé 800 000 à 1,5 million d’euros. Pierre Bergé & Associés, le 10 décembre. Courtesy Pierre Bergé & Associés

La rivalité entre les « Mignons » d’Henri III donna lieu à une véritable hécatombe : le 27 avril 1578 laissa sur le carreau le même jour Maugiron et Schomberg, qui se battirent en duel. Un troisième, Ribérac, mourut le jour suivant. Trente-trois jours plus tard, ce fut Lévis-Caylus qui succomba à ses blessures. Quelques semaines après, Paul Stuart de Caussade de Saint-Mégrin perdit également la vie, sans doute assassiné sur ordre du duc de Guise. Dévasté, le souverain demanda alors à Germain Pilon – auteur du tombeau de son père Henri II à la basilique Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) – d’ériger trois sépultures pour ses favoris, en l’église Saint-Paul à Paris, détruites par les guerres civiles et de religion. Selon l’expert, « il semble que cette œuvre soit le seul témoignage de cette commande royale des tombeaux des mignons », surnommée par les historiens d’art la « triade éclatante ».

Appeared in The Art Newspaper Digital, The Art Newspaper