Actus
Le monde de l'art face à la crise du Covid-19

Le Centre belge de la bande dessinée de Bruxelles licencie un tiers de son personnel

Le Centre belge de la bande dessinée (CBBD), à Bruxelles, a dû se séparer de 30% de ses salariés en raison de l'impact de la crise sanitaire sur ses ressources.

Le premier étage du Centre belge de la bande dessinée de Bruxelles. Courtesy CBBD. Photo : D.R.

Le Centre belge de la bande dessinée (CBBD), à Bruxelles, a été contraint de licencier huit de ses salariés – parmi lesquels certains étaient en poste depuis plus de vingt ans –, soit un tiers de son effectif. « Une décision émotionnellement éprouvante », a déclaré sa directrice, Isabelle Debekker, au site flamand Bruzz. La cause ? Une chute vertigineuse de la fréquentation du musée, qui est passée de 260 000 visiteurs en 2019, à 84 000 en 2020, en raison des mesures de restrictions des déplacements internationaux durant la crise sanitaire. Les musées belges ont certes rouvert depuis décembre 2020, mais d’habitude « 80 % des visiteurs viennent de l’étranger », a-t-elle ajouté. Le musée, de statut privé, n’a pu bénéficier d’aides publiques suffisantes pour compenser la baisse de ses revenus. « Comme d’autres secteurs durement touchés, nous avons besoin de données concrètes [de la part des gouvernements]. Pour nous, par exemple, il est important de savoir quand le tourisme reprendra », a affirmé Isabelle Debekker.