Actus
Perspectives

L'éducation artistique sur la bonne voie

L'édito du 23 septembre 2019

L’on en parle depuis des décennies comme d’une opération prioritaire mais de gouvernement en gouvernement, de ministre de la Culture en ministre de la Culture, ce qui était tissé par l’un était détissé par l’autre, pour que finalement rien n’avance vraiment. Dans un pays comme la France, ne pas avoir de véritable éducation artistique à l’école était vraiment une aberration. Lors de la dernière campagne pour l’élection présidentielle, Emmanuel Macron en avait fait l’une des priorités de son (faible) programme culturel. Le projet semble enfin lancé avec pour objectif qu’avant la fin du quinquennat, en 2022, la totalité des élèves de 3 à 18 ans – soit de la maternelle au Bac – reçoive une Éducation artistique et culturelle (EAC) au cours de leur scolarité. Ce programme, mis en place avec le ministère de l’Éducation nationale, doit être piloté par une nouvelle direction mise en place au sein du ministère de la Culture qui devrait aussi être en charge de l’enseignement supérieur et du Pass Culture.

Pour l’heure, dix villes pilotes, de dimensions variables, expérimentent le label « 100 % EAC » : Bessancourt (Val d’Oise), Cannes (Alpes-Maritimes), Carros (Alpes-Maritimes), Château-Arnoux-Saint-Auban (Alpes-de-Haute-Provence), Château-Thierry (Aisne), La Courneuve (Seine-Saint-Denis), Guingamp (Côtes d’Armor), Metz (Moselle), Quimper (Finistère) et Saint-Brieuc (Côtes d’Armor). Pour former les personnels à ces nouvelles missions, sera créé à Guingamp un Institut national supérieur de l’éducation artistique et culturelle (Inseac) mais il ne sera malheureusement actif qu’à partir de 2022, au mieux. Le logiciel Adage sera également utilisé pour centraliser les activités proposées aux élèves sur les différents territoires. Cependant, suivant les collectivités locales, des disparités risquent d’exister tant du point de vue des budgets disponibles que des personnes appelées à intervenir.

Mais après des années d’atermoiements, l’essentiel est acquis. Une Éducation artistique et culturelle digne de ce nom est enfin sur les rails.

Philippe Régnier D.R.