Actus
Ventes publiques

L’affaire Frans Hals revient devant la justice

La société Fairlight Art Ventures a interjeté appel, la semaine dernière à Londres, d’un jugement prononcé en décembre 2019, qui la condamne à verser 6 millions de dollars à Sotheby’s.

Tableau de Frans Hals considéré comme faux. © Sotheby’s

La société Fairlight Art Ventures a interjeté appel, la semaine dernière à Londres, d’un jugement prononcé en décembre 2019, qui la condamne à verser 6 millions de dollars à Sotheby’s. La maison d’enchères avait vendu une peinture de Frans Hals en 2011 pour 11,75 millions de dollars. Or, en 2016, Sotheby’s avait diligenté une expertise du tableau après la révélation d’une série de faux dans le domaine des tableaux anciens liés au collectionneur et marchand Giuliano Ruffini. Celle-ci avait révélé la présence de pigments modernes dans le tableau. Sotheby’s, qui a remboursé à l’acquéreur le montant de son achat, s’est ensuite retourné vers les covendeurs, Fairlight Art Ventures et le galeriste londonien Mark Weiss, lequel avait acheté l’œuvre à Ruffini pour 3 millions de dollars en 2010. Avant le procès, Mark Weiss avait accepté de régler 4,2 millions de dollars, sortant ainsi de la procédure. La semaine dernière, Fairlight Art Ventures a affirmé avoir agi en tant que simple « financier » de Mark Weiss, et déclaré que ce dernier était le seul à avoir missionné Sotheby’s pour vendre l’œuvre. Ces arguments ont été récusés par l’avocat de la maison de ventes, pour qui Fairlight – même si son nom n’apparaît pas dans le contrat de vente avec Sotheby’s – reste partenaire de Mark Weiss.