Actus
Expositions

KAWS développe un projet de réalité augmentée pour donner un aperçu d'un avenir sans exposition

La pandémie de coronavirus contraint le monde de l’art à repenser son modèle basé sur des événements de grande ampleur.

KAWS, Companion (Expanded) en réalité augmentée à Tokyo, 2020. Courtesy KAWS et Acute Art

La pandémie de coronavirus contraint le monde de l’art à repenser son modèle basé sur des événements de grande ampleur. En partenariat avec Acute Art – une société anglaise qui vend des œuvres d’art de réalité virtuelle et augmentée –, KAWS a créé ce qui peut être considéré comme la première exposition mondiale entièrement réalisée en réalité augmentée. Jusqu’au 26 mars, les utilisateurs de l’application Acute Art ont la possibilité de voir Companion de KAWS « flotter » dans douze villes telles que Londres (Millenium Bridge), New York (Times Square) ou encore Tokyo (carrefour de Shibuya). En outre, KAWS met en vente 25 éditions de la sculpture en réalité augmentée pour 10 000 dollars chaque – et 3 plus petites pour 6,99 dollars... mais ces dernières en leasing pour seulement une semaine. Le coronavirus n’est pas la seule préoccupation de l’entreprise et de l’artiste. L’écologie est également un paramètre important. Selon Daniel Birnbaum, directeur d’Acute Art, « le monde de l’art doit développer de nouveaux modèles. Je ne pense pas que la foire et la biennale, où tout le monde s’envole pour Hongkong le temps d’un week-end, soient des modèles viables pour l’avenir ».