Actus
Perspectives

Et Luma Arles s'alluma

Depuis la route qui mène à Arles, elle se détache à l’horizon bien avant que la cité ne se révèle, nouveau marqueur du paysage de ce site millénaire façonné en leur temps par les Romains. Cette Tour élevée par l’architecte Frank Gehry pour Luma Arles, Maja Hoffmann explique l’avoir voulue pour pouvoir apercevoir depuis la terrasse la mer distante d’une trentaine de kilomètres. Etel Adnan l’a qualifiée de phare pour la Méditerranée, un lieu qui guide et éclaire.

Tour de Luma Arles © Adrian Deweerdt / Luma Arles

Ce projet s’est proposé de construire un nouveau modèle, de se positionner à la pointe de la création dans la pure tradition de l’action de cette famille originaire de Bâle, en Suisse, et qui a fait fortune grâce à l’industrie pharmaceutique. L’engagement en faveur de l’art remonte au début du XXe siècle pour offrir à la ville rhénane une exceptionnelle collection d’art moderne et contemporain. Après la brutale disparition de son mari dans un accident de la route, Maja Hoffmann-Stehlin crée en 1933 la Fondation Emanuel Hoffmann, se donnant pour ambition l’« affirmation du présent » et « la confiance dans le futur ». La structure a pour mission de « collectionner, conserver et présenter au public » l’art de son temps. L’engagement de la fondation en faveur des musées de Bâle conduira à l’ouverture en 1980 du premier musée en Europe uniquement consacré à l’art contemporain, le Museum für Gegenwartskunst. Un pas sera franchi en 2003 avec l’inauguration du Schaulager à proximité de Bâle, un bâtiment réunissant des réserves visitables qui a marqué l’époque par sa programmation ambitieuse et son architecture monumentale signée Herzog & de Meuron. Pour son ouverture, Luma Arles évoque cette histoire avec une petite exposition de prêts bâlois d’œuvres de Bruce Nauman, Cy Twombly, Alighiero e Boetti ou Rosemarie Trockel, qui vient souligner un engagement qui se poursuit depuis plusieurs générations. Avec l’inauguration du site arlésien le 26 juin, Maja Hoffmann écrit une importante page de cette histoire, axée tout autant dans la production que dans l’exposition, pour inventer un nouvel outil au service de l’art et des artistes.