Actus
Disparition

Disparition de l'artiste Abraham Palatnik

Pionnier brésilien de l’art cinétique, Abraham Palatnik est décédé le 9 mai des suites du Covid-19 à Rio de Janeiro.

Abraham Palatnik. © Vicente de Mello. Courtesy de la galerie Nara Roesler

Pionnier brésilien de l’art cinétique, Abraham Palatnik est décédé le 9 mai des suites du Covid-19 à Rio de Janeiro, à l’âge de 92 ans. Né en 1928 à Natal, au Brésil, au sein d’une famille émigrée de Russie, il grandit ensuite à Tel Aviv, en Israël, où il reçoit une formation en mécanique et en arts plastiques. De retour au Brésil à 20 ans, sa découverte des créations faites par les patients d’un hôpital psychiatrique à Rio s’avère décisive. L’artiste abandonne la peinture au profit d’œuvres lumineuses et cinétiques.

Accueilli avec enthousiasme à la première édition de la Biennale de São Paulo en 1951, son appareil cinéchromatique Azul e roxo em Primeiro movimento fait de lui un pionnier de l’art cinétique. Il participe avec le critique d’art Mário Pedrosa et des artistes comme Almir Mavignier et Ivan Serpa au Groupe Frente en 1954, mouvement proche de l’art concret qui rejette la figuration et le nationalisme du style brésilien moderniste. Abraham Palatnik participe en 1964 à la Biennale de Venise, où ses « machines peintes » remportent un vif succès. Il « laisse derrière lui un héritage immense et une carrière artistique qui a duré plus de 60 ans », a déclaré la galerie Nara Roesler de São Paulo, qui le représente.