Actus
Marché de l'art

À Londres, Christie's ferme ses archives aux professionnels

La vaste collection de catalogues de ventes aux enchères qui remonte à la toute première vente de Christie’s en 1766, constituait jusqu’ici une ressource inestimable pour les marchands et les universitaires.

La décision de Christie’s de mettre fin à l’accès à ses vastes archives aux professionnels et chercheurs en raison d’une réduction de son personnel, suscite l’incompréhension. Cette ressource inestimable, conservée par la maison de ventes sur son site de King Street à Londres, constitue les archives des ventes aux enchères les plus importantes et les plus complètes au monde. Certains catalogues remontent à 1766.

Catalogue de la vente de la collection de bijoux de Madame du Barry, le 19 février 1795, conservé dans les archives de Christie's. Courtesy of Christie's, D.R.

« Par courtoisie, Christie’s a donné accès gratuitement à ses archives à des fins de recherche, a déclaré un porte-parole de Christie’s. Cependant, à regret, l’équipe des archives a être réduite et ne peut désormais répondre qu’aux besoins de nos propres équipes de spécialistes. »

« CELA SEMBLE VRAIMENT MESQUIN. IL N’EXISTE PAS D’ARCHIVES ÉQUIVALENTES »

Anthony Crichton-Stuart, directeur de la galerie Agnews à Londres, a été un usager fréquent des archives de Christie’s à des fins de recherche. « Cela semble vraiment mesquin. Il n’existe pas d’archives équivalentes. Elles remontent à la toute première vente, chaque catalogue est annoté à la main Sotheby’s n’a jamais fait cela », dit-il.

Susan Palmer, archiviste et responsable de la bibliothèque du Sir John Soane’s Museument consternée par cette fermeture : « C’est un grand coup porté à la recherche et une mesure drastique. Il aurait été préférable d’instituer, par exemple, une facturation du service ». Bien qu’il existe des collections partielles de catalogues ailleurs, entre autres à la British Library et à la bibliothèque du Sir John Soane’s Museum, elle explique que « ce qui est important pour les universitaires et les chercheurs, ce n’est pas seulement l’exhaustivité de l’ensemble, mais aussi le fait que les archives comprennent des dossiers pour chaque acheteur de chaque vente aux enchères et le prix payé, ce qui est, bien sûr, une information inestimable lorsqu’on recherche l’histoire et la provenance d’une pièce ».

Au cours de ses 32 années de carrière au Sir John Soane’s Museum, Susan Palmer a constaté que ce fonds d’archives était « le plus utile, en dehors des propres archives du musée, pour la recherche et le catalogage des pièces ». Elle l’a utilisé, ainsi que ses collègues, par exemple pour « trouver des informations clés sur certaines de nos plus importantes maquettes en liège, sur les livres de la bibliothèque du musée, sur une quinzaine de dessins originaux importants de Piranèse et, plus récemment, sur certains des vases grecs de la collection ».

« POUR CEUX D’ENTRE NOUS QUI ONT TRAVAILLÉ DANS LE MONDE DE L’ART PENDANT LA PLUS GRANDE PARTIE DE LEUR CARRIÈRE, IL S’AGIT D’UN CATACLYSME »

Dans une lettre publiée par l’Antiques Trade Gazette le mois dernier, le marchand Mike Sanderson écrit : « pour ceux d’entre nous qui ont travaillé dans le monde de l’art pendant la plus grande partie de leur carrière, il s’agit d’un cataclysme au regard de ce que nous avons connu. Au fil des ans, j’ai eu de nombreux échanges avec les aimables et efficaces responsables des archives de Christie’s, qui ont parfois abouti à des résultats mutuellement bénéfiques ».

Dirk Boll, président de Christie’s en Europe, au Moyen-Orient, en Russie et en Inde, a déclaré à The Art Newspaper : « malheureusement, tout le bâtiment de King Street a été fermé au public en raison de la crise sanitaire, et nous en avons une utilisation très limitée [uniquement pour les ventes en ligne et les travaux préparatoires]. Auparavant, nous fournissions gratuitement des informations tirées de nos archives pour la recherche, mais depuis novembre dernier, nous ne sommes plus en mesure de répondre à ces requêtes ou aux demandes externes, du moins pour le moment. Un grand nombre d’informations ont été mises en ligne, et un pourcentage élevé de demandes aboutissent de cette manière, y compris pour la recherche interne ». Mais, ajoute-t-il : « soyez assurés que nous continuerons à conserver nos dossiers de manière appropriée et accessible, et nous allons explorer les moyens de développer l’accès à ces archives à l’avenir ».

Dans un entretien publié en 2019 par Christie’s sur son propre site Internet, Lynda McLeod, bibliothécaire en chef de la maison de ventes, avait évoqué son travail sur les archives et le soutien apporté aux recherches externes : « de temps en temps, des clients ou des marchands d’art nous demandent de l’aide. Deux jours par semaine, sur rendez-vous, nous ouvrons les archives aux chercheurs ou aux conservateurs qui souhaitent en savoir plus sur leurs propres collections. C’est un peu comme aller à la British Library. Si nous savons exactement ce qu’ils recherchent, nous localisons et préparons les documents pour qu’ils puissent les consulter sur place. Ils peuvent avoir vu un numéro au dos d’un tableau, par exemple, et ne pas savoir à quoi cela correspond. Nous pouvons les aider à éclaircir ce point ».

La période est particulièrement difficile pour la recherche en Grande-Bretagne. La bibliothèque et les archives de la Wallace Collection à Londres sont elles aussi menacées de fermeture dans le cadre de mesures de réduction des coûts – la consultation interne sur ce sujet s’est achevée le 11 février.