Achim Kukulies

Reportages
Contrefaçons

Un faux Malevitch est retrouvé dans une collection publique à Düsseldorf

par

Des experts ont découvert que le tableau Rectangle noir, carré rouge – qui avait été attribué au peintre suprématiste – date de 1950, soit quinze ans après la mort de l’artiste.

Rectangle noir, carré rouge, une œuvre attribuée au peintre russe Kasimir Malevitch – qui avait été acquise par les collections publiques de l’État allemand du nord du Rhin et de la Westphalie (NRW) – est, en réalité, un faux. Le tableau procédait de la collection privée de la Dr. Harald Hack Foundation et était daté de 1915. Il avait rejoint la collection publique de Düsseldorf en 2014 et avait par ailleurs été exposé au musée Wilhelm-Hack, à Ludwigshafen am Rhein, pendant de longues années. Cependant, des analyses d’experts ont révélé qu’il est impossible que la peinture ait été produite avant 1950.

« C’était un don généreux qui a été offert avec de bonnes intentions et que nous avons accueilli la conscience tranquille, après avoir vérifié son authenticité avec les outils dont nous disposions à l’époque », explique Susanne Gaensheimer, directrice de la collection d’art du NRW. « Le résultat de ces recherches représente un coup dur pour nous. Mais un faux doit toujours être identifié », soupire-t-elle.

C’est en raison des nombreuses imitations qui circulent des tableaux de l’artiste russe que Marion Ackermann (prédécesseur de Susanne Gaensheimer dans sa fonction de directrice) a demandé que celui-ci soit analysé avant de quitter Düsseldorf pour s’occuper des collections nationales à Dresde. Une première analyse a dévoilé que la toile datait probablement de 1972 à 1975, tandis qu’une deuxième vague de tests a montré qu’elle n’aurait pas pu être peinte avant 1955. L’œuvre, qui n’a pas été signée, avait fait surface pour la première fois en 1975 dans un ouvrage sur Malevitch.

Le don de la Dr. Harald Hack Foundation à la NRW en 2014 comprenait également quarante dessins attribués à Malevitch, qui sont aussi en train d’être étudiés, même si « les méthodes disponibles pour déterminer l’ancienneté de ces œuvres sont complexes », selon la NRW.

Appeared in The Art Newspaper Digital, 2017