Tyburn Gallery

Reportages
Expositions

La foire d’art contemporain « Also Known as Africa » élargit ses horizons

par

La deuxième édition de cette foire d’art contemporain témoigne de l’attention mondiale qui est portée sur l’art africain, aussi bien sur le plan institutionnel que commercial.

Alors que l’intérêt envers l’art moderne et contemporain africain ne cesse de croître, la deuxième édition d’AKAA (« Also Known as Africa) ouvre ses portes à Paris cette semaine, du 10 au 12novembre, avec des galeries procédant de cinq pays de plus que la dernière édition (à savoir l’Angola, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, la Tunisie et l’Ouganda).

Parmi les trente-huit galeries au Carreau du Temple, vingt d’entre elles s’exposent à la foire pour la première fois. Avec vingt-huit pays représentés – vingt-deux d’Afrique et six d’Europe l’AKAA rattrape progressivement « 1:54 », une foire consacrée à l’art africain qui a commencé à Londres, continué à NewYork et qui débute, dès février2018, à Marrakech. AKAA comprend une section sur le design africain, tandis que les ateliers, les conférences, les séances de dédicace de livres et un projet de l’artiste sud-africaine Lady Skollie se tiennent au sous-sol.

Avec 150artistes à l’affiche, l’AKAA se déroule dans un contexte où l’art contemporain africain et qui porte sur la diaspora connaît un fort succès commercial et auprès des institutions. Cet été, la Fondation Vuitton exposait des artistes sud-africains, ainsi que la collection d’art de Jean Pigozzi. De même, le musée Dapper misait sur l’œuvre de l’artiste multimédia Soly Cissé. En ce moment, la Fondation Cartier expose l’œuvre du photographe Malick Sidibé jusqu’au 28février. Sur le plan du marché de l’art, Sotheby’s Londres a organisé sa première vente d’art moderne et contemporain africain en mai dernier, qui a généré 3,61millions de dollars.

« La scène africaine possède une sensualité différente et les artistes ont une autre manière de percevoir le monde et ont un discours rafraîchissant », déclare Victoria Mann, fondatrice et directrice de l’AKAA.

Simon Njami, membre du comité de sélection, revendique que les buts de l’AKAA sont sur le long terme et considère que l’«étrange obsession » de l’Europe envers l’art contemporain africain est ridicule. « Les gens ont l’air de croire que William Kentridge, El Anatsui, Julie Mehretu et Pascale Marthine Tayou ont attendu le feu vert du monde pour commencer à créer », dit-il. « Ce serait dommage de confondre l’initiative de l’AKAA avec une mode qui va et vient au gré du vent. »

Appeared in The Art Newspaper Digital, 2017