Photo : D.R.

Reportages
Marché de l'art

In Pictures - Notre sélection sur les stands de Paris Photo 2019

La sélection à voir sur les stands de l'événement, pendant Paris Photo 2019.

La galerie munichoise Daniel Blau a enveloppé son stand de papier métallisé pour célébrer le 50e anniversaire de l’alunissage par la mission américaine Apollo, consacrant une section à l’astre argenté et aux images de la NASA prises par des robots et transmises depuis la navette spatiale à la Terre en 1967 et 1969, certains clichés pour le plus rares atteignant près de 80 000 euros.

Vue du stand de la galerie Daniel Blau sur Paris Photo. Photo : A.C.

Pour sa première participation à Paris Photo, la Galerie Guillaume (Paris) consacre tout son stand au jeune photographe français Jérémie Lenoir, (à partir de 2 800 euros en édition de cinq) qui capture selon un protocole établi, depuis un avion, aux États-Unis, la beauté abstraite des paysages dans la région de Salt Lake City, pour mieux dénoncer l’impact des industries et des activités humaines tels les mines ou les puits de pétrole sur l’environnement.

Vue du stand de la Galerie Guillaume consacré à Jérémie Lenoir sur Paris Photo. Photo : D.R.

Née en 1981, la Finlandaise Nelli Palomäki, qui travaille à la chambre, a puisé dans la flore de son jardin et des portraits de ses enfants pour créer ce triptyque poétique et mélancolique sur le travail de la mémoire, le passage de la jeunesse et du temps. Cette œuvre unique de 2019 est proposée à 30 000 euros par la galerie Les Filles du Calvaire (Paris).

Vue du stand de la galerie Les Filles du Calvaire sur Paris Photo avec un triptyque de Nelli Palomäki. Photo : A.C.

Gagosian (Paris, Londres, New York…), qui représente l’estate, et 1900-2000 dont le fondateur Marcel Fleiss fut le dernier marchand parisien du vivant de Man Ray s’associent pour présenter un solo-show de l’artiste surréaliste avec des tirages allant de 1917 au début des années 1970. Ce panorama inclut des épreuves vintage et tardives dont le célèbre Violon d’Ingres ou des petits portraits solaires, à des prix variant de 10 000 à 700 000 euros.

Vue du stand conjoint des galeries Gagosian et 1900-2000 sur Paris Photo. Photo : A.C.

Incluse l’été dernier dans l’exposition consacrée à la Movida des années 1980 au Palais de l’Archevêché d’Arles, figurant aussi bien dans la collection de la Fondation Cartier à Paris que dans celle du Reina Sofia à Madrid, l’artiste espagnole Ouka Leele est présente à la fois sur le stand de la galerie RocioSantaCruz de Barcelone avec ce portrait de 1981 colorié à l’aquarelle, clin d’œil au vent de liberté dû à l’élection de François Mitterrand, et sur le stand de la galerie VU (Paris), avec des œuvres de plusieurs séries des années 1970 à 1990 (28 000 à 38 000 euros).

Ouka Leele, Consuelo, 1981, photographie noir et blanc rehaussée à l’aquarelle, 60 x 50 cm, œuvre originale. Photo : A.C.

En guise d’hommage au monument blessé, la cathédrale Notre-Dame de Paris fait l’objet de plusieurs accrochages sur Paris Photo, en particulier chez Hans P. Kraus, Jr. (New York) qui présente des vues historiques par Henri Le Secq, Bisson Frères ou encore d’un autre pionnier, Charles Nègre, ici avec le négatif et le positif de la même image, vendus ensemble.

Vue du stand d’Hans P. Kraus, Jr. sur Paris Photo. Photo : A.C.