© MAC VAL 2019.

Reportages
Expositions

In Pictures - Notre sélection parmi les expositions dans les musées en France

Notre sélection des expositions à voir dans les musées en France lors de ce début d'année 2020.

Le musée d’art moderne de Paris propose une expérience singulière avec l’installation-exposition de Loris Gréaud « Glorius read ». L’artiste intervient quasi clandestinement dans le musée en proposant une réinterprétation en trois dimensions du thème du paysage dans une chambre secrète. « Loris Gréaud. Glorius read », jusqu’au 9 février, Musée d’art moderne de Paris, 75116 Paris.

Vue de l’exposition « Loris Gréaud. Glorius read », 2019. Photo : Realism Noir. © Loris Gréaud, Gréaudstudio; Galerie Max Hetzler Berlin, Paris, Londres ; Musée d’art moderne de Paris.

Le CAPC de Bordeaux expose dans sa nef l’installation Naming the Money (2004) de Lubaina Himid. L’œuvre de la lauréate du Turner Prize 2017 est constituée d’une centaine de silhouettes en contreplaqué, évocation des serviteurs africains dans la peinture européenne du XVIe au XVIIIe siècles. « Lubaina Himid. Naming the Money », jusqu’au 23 février, CAPC musée d’art contemporain, 33000 Bordeaux.

Vue de l’exposition « Lubaina Himid. Naming the Money », 2019. Photo : Arthur Péquin. © CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux.

Au MAC VAL, une grande rétrospective met à l’honneur l’artiste franco-turque Nil Yalter, dont le travail est fortement marqué par son approche sociocritique de l’actualité. L’exposition retrace l’intégralité de son parcours, depuis ses premières peintures de 1960, jusqu’à ses œuvres récentes. « Nil Yalter. Trans/Humance », jusqu’au 9 février, MAC VAL, 94400 Vitry-sur-Seine.

Vue de l’exposition « Nil Yalter. Trans/Humance », 2019. Photo : Margot Montigny. © MAC VAL 2019.

Le Carré d’art à Nîmes présente une exposition anthologique de Peter Friedl autour des éléments du théâtre de marionnettes qu’utilise l’artiste autrichien pour évoquer des problématiques sociales et politiques. « Peter Friedl. Teatro », jusqu’au 1er mars, Carré d’art, 30000 Nîmes.

Vue de l’installation Teatro popular, 2019. Photo : C. Eymenier © Carré d’art

Au Mucem à Marseille, « Kharmohra. L’Afghanistan au risque de l’art » évoque, à partir du travail de onze artistes, l’art actuel dans ce pays d’Asie centrale. Faisant appel à tous les médiums, ces œuvres témoignent des difficultés constantes que doit y affronter la création pour préserver son droit à exister, dans un contexte hostile. « Kharmohra. L’Afghanistan au risque de l’art », jusqu’au 1er mars, Mucem - Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, 13002 Marseille.

Vue de l’exposition « Kharmohra. L’Afghanistan au risque de l’art », 2019. © Mucem - Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

À Roubaix, La Piscine présente l’œuvre de Marie-Pierre Thibaut, notamment des sculptures inspirées par l’architecture au Sahara, qui explorent les connexions entre le paysage et le corps humain. « Marie-Pierre Thibaut (1933-2010). La forme-geste », jusqu’au 2 février, La Piscine Musée d’art et d’industrie André Diligent, 59100 Roubaix.

Marie-Pierre Thiébaut, Assemblage bois-terre, vers 1990, bois et terre. © La Piscine Musée d’art et d’industrie André Diligent

-------

#TheartnewspaperFrance

#Lapiscine

#MariePierreThibaut