Opinion
Perspectives

L'art à tout prix

Alors que certains prix parmi les plus importants ont été malmenés ces derniers mois, l'Adiaf, qui organise le Prix Marcel Duchamp, entend "renforcer son soutien aux artistes de la scène française"

Certains prix parmi les plus importants en Europe ont été malmenés ces derniers mois. Institution parmi les institutions, le Turner Prize a vu l’an dernier ces quatre nommés – Lawrence Abu Hamdan, Helen Cammock, Oscar Murillo et Tai Shani – refuser de concourir les uns contre les autres et à proposer d’être solidairement lauréats, ce que le jury a fini par accepter. En Belgique, le Belgium Art Prize 2020 a été purement et simplement annulé après que les cinq artistes sélectionnés – Agency, Sammy Baloji, Saddie Choua, Jacqueline Mesmaeker et Joëlle Tuerlinckx – ont demandé le changement du règlement, une modification des accords de partenariat et du fonctionnement du prix. Les organisateurs n’ont cependant pas renoncé, dans un contexte encore dégradé par la crise sanitaire, puisqu’a été lancé l’appel d’offres pour l’édition 2021 de l’événement. Mais, le Turner Prize a, de son côté, décidé de bouleverser son édition 2020, vue les circonstances, en attribuant des bourses de 10 000 livres (11 200 euros) à dix artistes.

Le comité de sélection 2020 du Prix Marcel Duchamp. Photo : Luc Castel D.R.

En France, le Prix Marcel Duchamp devrait se dérouler comme prévu, avec le vernissage de l’exposition des quatre nommés – Alice Anderson, Hicham Berrada, Kapwani Kiwanga, Enrique Ramirez – le 6 octobre au Centre Pompidou, et l’annonce du lauréat le lundi 19 octobre. Dans le contexte particulier des 20 ans du prix et de la crise du Covid-19, l’Adiaf, l’association de collectionneurs qui organise l’événement, a cependant décidé de « renforcer son soutien aux artistes de la scène française ». Un vaste programme est mis en place : parcours centré sur les lauréats du Prix Marcel Duchamp dans les collections permanentes du musée national d’art moderne, expositions en région organisées en partenariat avec Platform et les FRAC, « mobilisation aux côtés du Comité professionnel des galeries d’art pour réactiver l’écosystème de l’art contemporain », rencontres virtuelles avec des artistes pour les membres de l’association, relais d’initiatives d’aides aux artistes… Dans ces moments difficiles, les collectionneurs montent au créneau.