Opinion
Perspectives

En Grande-Bretagne, le sexisme par les chiffres selon les guerrilla girls

Les Guerrilla Girls présentent un nouveau projet, intitulé «The Male Graze», dans le cadre du festival d’art contemporain londonien Art Night, qui se déroule aussi pour la première fois cette année dans plusieurs villes de Grande-Bretagne. Le collectif d’activistes féministes demande au public britannique d’envoyer des statistiques sur les nus féminins et les artistes femmes présents dans les musées locaux.

Guerrilla Girls, Do Women Have to be Naked to Get Into the Met. Museum? (1989). © Guerrilla Girls

« The Guerrilla Girls need YOU » (« Les Guerrilla Girls ont besoin de VOUS »). Le dernier projet du collectif féministe de vengeresses masquées débarque cette semaine en Grande-Bretagne sous la forme de panneaux d’affichage appelant à prendre les armes. Il invite le public britannique à se rendre dans leur musée local et à compter le nombre de nus féminins sur les cimaises, en le comparant au total des œuvres d’artistes femmes. Les participants pourront déposer ces chiffres sur un site Internet spécialement conçu à cet effet. Un graphique qui évoluera pendant une période d’un mois, rendra compte des résultats.

UN GRAPHIQUE RENDRA COMPTE DESRÉSULTATS SUR UN SITE INTERNET SPÉCIALEMENT CONÇU À CET EFFET

« L’idée que les femmes ont longtemps été présentes dans les œuvres d’art, généra­lement en tant que corps nus, mais rarement en tant qu’artistes, soulève la grande question sur la différence entre le sujet et l’objet. Nous pensons vraiment qu’il y a une composante sexiste dans le sujet de nombreuses œuvres d’art occidentales. C’est un aspect présent dans les œuvres d’art, et nous voulons lancer le débat sur cette question », explique l’une des membres anonymes, qui se fait appeler Käthe Kollwitz, dans un podcast disponible sur le site Internet de l’édition internationale de The Art Newspaper.

Les Guerrilla Girls lancent un appel au public britannique dans leur dernier projet. © Andrew Hindraker

Titré « The Male Graze », ce projet s’inscrit dans le cadre de la Art Night, un festival d’art contemporain qui se déroulait auparavant dans différents quartiers de Londres mais qui, pour la première fois cette année, s’étend à l’ensemble du pays (du 18 juin au 18 juillet). Deux des panneaux d’affichage se situent à Shoreditch, dans l’est de Londres, et à London Bridge. À Cardiff, le projet se déploiera en partenariat avec l’artist­run space g39 et à Birmingham avec Grand Union. Les affiches seront aussi placardées dans des villes comme Eastbourne, Dundee, Glasgow, Leeds, Warwick et Swansea. Dans le cadre de cette commande, les Guerrilla Girls donneront également un concert en ligne le 26 juin.

« ELLES INCITENT À CONSIDÉRER OU À RECONSIDÉRER LA QUESTION DE SAVOIR QUI PEUT ÊTRE REPRÉSENTÉ ET QUI DÉTIENT LE POUVOIR »

« Comme tant d’autres événements culturels, la Art Night a s’adapter et évoluer au cours des quinze derniers mois. Cela a été éprouvant pour les artistes, d’autant plus dans ce contexte de catastrophe mondiale. Cependant, les moments de convivialité, de politique et de beauté qui ont eu lieu ont été une source d’inspi­ration extraordinaire, a déclaré Helen Nisbet, directrice artistique de la Art Night. Notre commande aux Guerrilla Girls en est un exemple typique. Leur travail s’appuie sur des décennies de recherche et d’activisme et, par le biais des panneaux d’affichage, elles incitent un public potentiellement nouveau à considérer ou à reconsidérer la question de savoir qui peut être représenté et qui détient le pouvoir. »

« NOUS AIMONS FAIRE DES PROPOSITIONS INTERACTIVES. NOUS NOUS PLAIGNONS; NOUS AIMONS DONNER À TOUT LE MONDE LA CHANCE DE SE PLAINDRE »

«The Male Graze» – le plus grand projet public des Guerrilla Girls à ce jour en Grande-Bretagne – renvoie à l’une de leurs premières œuvres militante, Do Women Have to be Naked to Get Into the Met. Museum? (1989), qui avait révélé que moins de 5% des artistes de la section d’art moderne du Metropolitan Museum of Art de New York étaient des femmes, mais que 85% des nus étaient féminins.

« Nous aimons faire des propositions interactives, affirme un autre membre, Frida Kahlo. Nous nous plaignons; nous aimons donner à tout le monde la chance de se plaindre… C’est une chance de ne pas seulement regarder le travail que nous avons fait sur cette question, mais d’aller dans votre institution localement et de voir ce qu’il y a sur les murs. Faites ­le comme nous le faisons. »

-

« Art Night 2021: Nothing Compares 2 U », du 18 juin au 18 juillet, divers lieux, Grande-Bretagne.