Opinion
Perspectives

Aider le secteur culturel

Le ministère de la Culture a dévoilé vendredi 27 mars un premier plan d’action en faveur des artistes-auteurs. Franck Riester a également rappelé les dispositifs déjà pris dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire.

La crise sanitaire qui frappe notre pays– et le monde – est d’une ampleur sans précédent. En ces circonstances difficiles,nos pensées s’adressent en premier lieux aux victimes, aux malades et à leurs familles, en particulier aujourd’hui à l’ancien ministre Patrick Devedjian, un passionné d’art et de culture emporté dans la nuit de samedi à dimanche. Le confinement adopté pour lutter contre la propagation du coronavirus a des incidences sur la vie quotidienne de millions de nos concitoyens, mais également sur toute l’économie dont une bonne partie de l’activité est paralysée. La fermeture des cinémas, salles de spectacles, librairies, musées fait de la culture un secteur spécialement touché, et en première ligne tous les artistes et professionnels – souvent des indépendants ou personnels recrutés sur la base de contrats précaires – qui doivent faire face à une baisse, voire à une interruption de leurs revenus.

Vue du Ministère de la Culture depuis la rue de Valois Wikimedia common, D.R.

Pour les aider, le ministère de la Culture a dévoilé vendredi 27 mars un Premier plan d’action en faveur des artistes-auteurs. Franck Riester a rappelé les dispositifs déjà pris dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire : un fonds de solidarité de 1 milliard d’euros permettant des aides individuelles de 1 500 € [qui seront reconduites en avril] ; le report des loyers, factures de gaz, d’eau, d’électricité, et la possibilité de décaler le paiement des loyers ; l’étalement des dettes fiscales et sociales ; et la mobilisation de la garantie d’État au bénéfice du secteur culturel. En parallèle, des mesures sectorielles ont été adoptées spécifiquement pour les artistes-auteurs. Celles-ci seront mises en œuvre par les différents opérateurs du ministère de la Culture selon les secteurs, le Centre national des arts plastiques (Cnap) pour le domaine des arts visuels.

Si ces dispositifs sont les bienvenus dans les moments très difficiles que nous traversons, ils ressemblent à des mesurettes en comparaison au plan de 50 milliards d’euros annoncé par le gouvernement allemand au bénéfice du secteur culturel. Face aux urgences que nous devons affronter, espérons que ce dernier fasse des émules.