Analyse
Expositions

Cecilia Alemani dévoile son projet pour le 59e Biennale de Venise

L’exposition comprendra « des artistes non conformes au genre qui remettent en question la figure de l’homme comme centre de l’univers ».

La commissaire de la Biennale de Venise 2022, Cecilia Alemani, a présenté mardi 2 février 2022 lors d’une conférence de presse son projet pour la 59e exposition internationale d’art, qui se déroulera du 23 avril au 27 novembre 2022. Titrée « The Milk of Dreams » (Le lait des rêves), la manifestation réunira 213 artistes de 58 pays, dont plus de 180 participeront pour la première fois.

Cecilia Alemani, commissaire de la 59e Biennale de Venise. Photo : Andrea Avezzù. Courtesy La Biennale de Venise

26 artistes italiens seront présents et 80 nouvelles productions ou commandes seront dévoilées. L’exposition comprendra un grand nombre de femmes et « d'artistes non conformes au genre qui remettent en question la figure de l’homme comme centre de l’univers », a déclaré Cecilia Alemani. Une salle sera consacrée à l’artiste portugaise Paula Rego. Parmi les autres artistes qui participeront à la biennale figureront Christina Quarles, Carol Rama, Barbara Kruger, Ibrahim El-Salahi, Ali Cherri, Prabhakar Pachpute, Lynn Hershman Leeson et Rosana Paulino.

La commissaire a aussi choisi un grand nombre d’artistes de la scène française, passée et actuelle, principalement des femmes : Joséphine Baker, Claude Cahun, Ali Cherri, Valentine de Saint-Point, Lise Deharme, Sonia Delaunay, Simone Fattal, Ilse Garnier, Jane Graverol, Florence Henri, Marguerite Humeau, Saodat Ismailova, Kapwani Kiwanga, Joyce Mansour, Vera Molnár, Nadja, Amy Nimr, Gisèle Prassinos, Rachilde, Alice Rahon, Niki de Saint Phalle, Toyen, Marie Vassilieff ou Unica Zürn.

L’Arsenale à Venise. Photo : Andrea Avezzù. Courtesy La Biennale de Venise.

Le titre, « Le lait des rêves », est issu d’un livre de contes de fées écrit par l’artiste surréaliste Leonora Carrington. « Elle a commencé à créer des dessins de personnages hybrides qui figurent dans un livret intitulé The Milk of Dreams. Ils racontent des histoires fantastiques d’êtres mutants hybrides… imaginant un monde dans lequel tout le monde peut changer et se transformer », a déclaré Cecilia Alemani.

L’exposition comportera trois thèmes : la représentation des corps et leur métamorphose; la relation entre les individus et la technologie; la relation entre les corps et la terre. La commissaire souhaite répondre à des questions telles que : « Comment l’être humain change-t-il ? Que serait la vie sans nous ? »

LE TITRE « LE LAIT DES RÊVES » EST ISSU D’UN LIVRE DE CONTES DE FÉES ÉCRIT PAR L’ARTISTE SURRÉALISTE LEONORA CARRINGTON

« Ce rapport compliqué à la technologie a été bouleversé par la pandémie, lorsque nous [avons] réalisé à quel point nos corps sont fragiles et mortels. Notre relation directe avec nos familles et nos amis est devenue impossible et s’est faite par écrans interposés, a déclaré Alemani. D’un côté, la technologie nous a rapprochés, mais de l’autre, elle nous a séparés. Post-humain : de nombreux artistes imaginent un monde futur, imaginent la fin de l’Anthropocène ».

Une œuvre de Rosana Paulino, de la série Jatobá (2019). Photo : Bruno Leão. Courtesy de l’artiste, de Mendes Wood DM São Paulo, Bruxelles et New York. © Rosana Paulino

Des « capsules » historiques seront disséminées autour du pavillon central dans les Giardini et à l’Arsenale, les deux principaux sites de l’exposition, qui seront dessinés par la société italienne FormaFantasma. L’une des capsules proposera les œuvres de 30 artistes tels Leonor Fini, artiste surréaliste du XXe siècle, et Gertrud Arndt, une photographe allemande des années 1930. Des artistes de la Renaissance de Harlem seront également présents, comme Meta Vaux Warrick Fuller.

LA COMMISSAIRE SOUHAITE RÉPONDRE À DES QUESTIONS TELLES QUE : « COMMENT L’ÊTRE HUMAIN CHANGE-T-IL ? QUE SERAIT LA VIE SANS NOUS ? »

Une autre capsule, intitulée « The Technology of Enchantment » (Technologie de l’enchantement), comprendra un certain nombre d’œuvres d’artistes italiens des années 1960, ainsi que des pièces de Lillian Schwartz et d’Agnes Denes. Une autre, titrée « The Seduction of a Cyborg » (« La séduction d’un cyborg »), « traitera d’un futur post-humain avec des œuvres futuristes et dada », a déclaré Cecilia Alemani. Cette capsule comprendra des œuvres de la sculptrice américaine Anna Coleman Ladd, de Marianne Brandt et d’Alexandra Exter.

-

59e Biennale de Venise, du 23 avril au 27 novembre 2022, Giardini et Arsenale, Venise.

Appeared in The Art Newspaper France - Daily, 860